Marine Le Pen répond au questionnaire du C.U.S.P.A.

1. Pensez-vous que l’obligation de neutralité du service public de l’audiovisuel est globalement respectée ?

Le service public étant financé par les impôts de tous les contribuables français, il est nécessaire de garantir la neutralité des programmes et d’assurer un traitement équitable des différentes sensibilités politiques représentées dans l’opinion. Or ce n’est pas le cas actuellement, et de nombreuses émissions sont dignes d’un média d’opinion, et excluent de fait de nombreux Français, qui peuvent se sentir insultés par le traitement partisan de l’information par certains présentateurs et journalistes du service public audiovisuel.

 

2. Considérons les informations de deux médias précis, l’un en radio, France Inter, l’autre en télévision, Arte. Pensez-vous que le pluralisme des opinions est respecté à travers les reportages, les éditoriaux, les invités ?

Non. Les représentants du Front national sont beaucoup moins invités que ceux des autres partis politiques sur les plateaux alors que le poids électoral de ce parti justifierait un temps d’antenne beaucoup plus important. Par ailleurs, l’attitude militante de certains journalistes est manifeste et le public s’en plaint de plus en plus souvent.

 

3. Pensez-vous que ceux qui vivent dans ce que le géographe Christophe Guilly appelle « La France périphérique » sont représentés sur ces mêmes ondes ?

Non, on l’a vu lors du référendum de 2005. La très grande majorité des journalistes était en parfaite opposition avec le vote des citoyens, notamment de la France périphérique. On sait d’ailleurs que le vote des journalistes est en grave décalage avec celui des Français.

 

4. Pensez-vous que le CSA remplit sa mission de respect des équilibres politiques au sein des antennes publiques ?

Non, d’autant plus que lorsque des manquements sont constatés, le CSA se contente d’émettre des avis, qui ne sont suivis d’aucune sanction.

 

5. Nous estimons que le CSA doit être supprimé dans sa formule actuelle. Etes-vous d’accord avec cette suppression ? Si oui, par quoi le remplaceriez vous si vous êtes élu ? Si non, pourquoi souhaitez-vous le maintenir ?

Je suis pour une grande réforme du CSA, avec la création de trois collèges : l’un composé des représentants de l’Etat, le deuxième de professionnels, et le troisième de représentants de la société civile (associations de consommateurs, de téléspectateurs, etc.). Cette réforme permettra une meilleure représentation des opinions politiques et de renforcer le contrôle par le peuple.

 

6. Plus généralement, estimez-vous que la libre expression politique et artistique est respectée en France ? Si non, quelles mesures concrètes envisagez-vous de prendre pour la faire respecter ?

Non et il y a de fortes pressions dans le monde de la culture. Ainsi, ceux qui me rejoignent sont obligés de taire leur engagement car ils ont la certitude qu’ils seraient discriminés. J’entends refaire de la France un grand pays de libertés. C’est la raison pour laquelle j’ai fait figurer l’engagement de garantir la liberté d’expression. Le service public étant financé par les impôts de tous les contribuables français, il est nécessaire de garantir la neutralité des programmes et d’assurer un traitement équitable des différentes sensibilités politiques représentées dans l’opinion.

 

>>> Adhérez et soutenez notre collectif : https://collectif-uspa.fr/aidez-nous/