La France Inter-dit l’humour qui pense pas comme il faut

 

Ayant été interdit de chronique par France Inter et Nagui, le mercredi 26 avril 2017, l’humoriste Pierre-Emmanuel Barré vient de démissionner de la radio publique. D’habitude, il présente sa « drôle d’humeur » dans l’émission La Bande originale. 

Sauf que le 26 avril, Barré n’a pas prévu de chronique pro-Macron. Et comme « tout anti Macron est un chien », pour parodier Sartre, Barré a soudainement basculé dans le camp des  humoristes infréquentables. Tout propos qui n’est pas Macron serait Le Pen. Ce que réfute la chronique de Pierre-Emmanuel Barré. Chronique qui justifie son abstention personnelle au 2e tour.

La chronique de Barré devient virale

« Quand on me demande de pas faire une chronique, je démissionne. Alors, j’ai démissionné. Je n’aime pas être censuré », confie-t-il au Parisien. Les apôtres de la tolérance pis la main dans le sac de leur intolérance. Pas de bol pour Nagui et France Inter, nous sommes au 21e siècle et la censure… Pierre-Emmanuel Barré a diffusé sa chronique sur Youtube, commençant par ces mots : « Salut Nagui, salut tout le monde ! Ouh, ah non y’a personne en fait parce qu’on m’a demandé de ne pas faire cette chronique ce matin à France Inter ». On peut voir la vidéo ici, ou bien ici si jamais elle devait être retiré de Youtube. Le 27 avril 2017, la chronique a déjà été vue plus de 135 000 fois.

Ne pas voter pour Macron ? Tu te tais, mon gars

En fond d’image, Barré a écrit France InterNE. Il déroule : « Ce n’est pas parce que je ne vote pas Macron que je soutiens le FN, hein (…) Je dis juste que j’ai envie de baiser avec aucun des deux. Évidemment, si on me met un flingue sur la tempe et qu’on m’oblige à choisir, j’espère que Macron a le gland propre, hein, mais je préfère le prévenir, il n’est pas à l’abri d’une circoncision gratuite ». Juste avant : « Imagine, t’arrive à une soirée et ya plus que deux moeufs, une qui est vraiment moche et l’autre qui est vraiment mais alors vraiment dégueulasse. Et bien même si ça te dégoûte un peu, tu prends sur toi, tu te pinces le nez, tu vas voir la moins dégueulasse et tu lui dis euh excusez-moi c’est où les toilettes, et là tu vas t’enfermer tout seul et tu te branles. Ah ah ! Vous pensiez vraiment que j’allais dire que j’allais voter Macron ? Ben non, j’aime pas son programme, je ne vote pas pour lui c’est tout, c’est la démocratie ». Justification de l’interdiction de diffuser la chronique à l’antenne par Nagui ? « Qu’il encourage l’abstention, c’est faire le jeu du FN (…) Mais non, ce n’est pas de la censure, surtout par rapport à la vraie censure qui risque d’arriver si Le Pen passe. Je suis sidéré qu’on banalise le fait que le FN soit au premier tour, qu’il n’y ait pas eu de manif. Certains observateurs sont même contents qu’elle ne soit pas arrivée première. Mais on est fous. Ajoutez à cela un long week-end. L’avenir de nos enfants se joue à très peu de choses. Alors, vraiment, encourager l’abstention, ça me parait irresponsable ».

Difficile à croire et pourtant vrai. Sur le service public, à l’approche d’un 2e tour d’élections présidentielles où les deux candidats en lice ont été choisis par près de la moitié des contribuables votants. Un des deux finalistes est semble-t-il l’élu de France Inter. Avec votre redevance.