Le grain à moudre, bonne conscience et service public

L’émission Du grain à moudre est présentée sur France Culture par Hervé Gardette tous les soirs de 18 h 20 à 19 h. Son objet ? « Hervé Gardette invite les meilleurs experts et penseurs à débattre des sujets du moment, appréhendés sous des angles toujours surprenants. L’actualité telle que vous ne l’aviez peut-être pas encore envisagée ». Débattre ? Des angles surprenants ? Chiche ?

Hervé Gardette n’est pas un journaliste lambda de Radio France. Sa bio sur France Culture : « Après avoir participé, comme reporter, à la création du Mouv’ en 1997, il rejoint France Culture en 2000 pour y présenter pendant 5 saisons l’édition du journal de 8h. Responsable du service multimédia de la chaîne, il crée Les Retours du dimanche et La Grande table avec Caroline Broué, et produit depuis 2011 l’émission quotidienne de débats de France Culture : Du Grain à moudre ».

Gardette sépare le « bon grain » à moudre du méchant grain de la France périphérique

Le 13 avril 2017, Le grain à moudre se demande si « La Romophobie est un racisme décomplexé ? ». Un angle surprenant ? La réponse vient après la question : « Y a-t-il un manque d’empathie envers les Roms ? Comment en est-on arrivé à une discrimination sans retenue ? ». Il va y avoir « débat », c’est clair. L’émission vise deux méchants : un élu municipal du FN et le film À bras ouverts. Le film est la vraie cible. Voix de Gardette et pitch de démarrage : « Connaissez-vous Franck Sinisi ? Cet élu Front national de la commune de Fontaine (…) Le 27 février dernier, il suggérait l’idée suivante en plein conseil municipal, à propos des Roms : « pour les loger, il peut y avoir un autofinancement. Il suffit…de leur payer des dentistes. Je m’explique, oui leur payer des dentistes, c’est-à-dire de leur mettre des dents en nickel, de récupérer leurs dents en or… Juste ça, ça leur permet de se nourrir et de se loger ». L’enregistrement de cette séquence est disponible sur le site de la mairie de Fontaine. On y entend l’élu municipal FN visiblement très content de sa bonne blague. « C’était de l’humour mais de l’humour de mauvais goût » a commenté quelques jours plus tard le secrétaire général du FN. Une procédure disciplinaire est en cours. Dans un autre registre, le film À bras ouverts,  raconte l’histoire d’une famille rom accueillie par un intellectuel prétendument humaniste. C’est le journal Le Parisien qui signe la critique la plus explicite, sous forme d’onomatopée : « Beurk ! 

Pas de débat sur un tel sujet

L’émission porte concrètement sur le film dans lequel joue Christian Clavier. Quatre invités. Trois institutionnels et Anina Ciuciu, « porte parole de La voix des Roms », créée en 2005 qui « vise à la reconnaissance de l’identité du peuple Rom ». Le ton de Gardette au moment de prononcer ces derniers mots montre clairement qu’il découvre sa fiche et surtout le mot « identité ». Pour Ciuciu, le film « rit avec les clichés les plus racistes ». Elle est très émue. On la comprend : une caricature, c’est souvent plus drôle pour les autres que pour soi. Un peu comme quand Charlie Hebdo se moque des chrétiens ou des intellectuels qui ne pensent pas comme il faut. Pour Gardette, « l’équipe du film ne s’est pas même pas rendue compte qu’elle faisait un film raciste ». En réalité, le film joue sur des stéréotypes, comme toutes les caricatures. Ce que montre le magazine Causeur. Que l’on pense à rabbi Jacob. Pour la représentante de la communauté Rom, ce film est l’équivalent des films de propagande nazie. Dans l’émission, même Valls est raciste contre les Roms. C’est dire.

La caricature n’est-elle autorisée qu’à l’encontre de certaines communautés, mais pas d’autres ? Il est savoureux d’écouter l’un des intervenants parler longuement du racisme anti Rom, au sujet de ce film, tout en avouant… ne pas avoir vu le film. Le moulin du grain à moudre tourne toujours dans le même sens, financé par votre redevance bien sûr.