Charte du Collectif des Usagers des medias du Service Public de l'Audiovisuel (CUSPA)

Nous soussignés, contributeurs de la redevance obligatoire :

  • Déclarons ne plus accepter la mainmise de l’idéologie gauchisante sur l’appareil audiovisuel d’État dont nous sommes les propriétaires indivis.
  • Nous n’acceptons plus que l’obligation de pluralisme de la pensée politique soit foulée aux pieds.
  • Nous n’acceptons plus que l’obligation de neutralité  contenue dans chaque cahier des charges de chaque entreprise nationale soit considérée comme une pure clause de style.
  • Nous n’acceptons plus que sur les informations des radios d’État,  journalistes, éditorialistes et humoristes soient à l’unisson et dans l’entre soi, et de plus le reconnaissent avec cynisme comme une évidence naturelle. Nous refusons également que les auditeurs intervenant dans les émissions interactives et la majorité des invités expriment une pensée convenue et monocolore.
  • Nous n’acceptons plus que sur les télévisions d’État, l’immense majorité des fictions véhiculent la même pensée convenue.
  • Nous n’acceptons plus que sur la chaîne franco-allemande ARTE, l’idéologie gauchisante prenne la forme assumée d’un militantisme qui promeut la migration sans frontières, l’écologie punitive et le féminisme extrémiste.
  • Nous n’acceptons plus qu’une partie du personnel au service du public, au statut privilégié, disposant d’un budget dont les dérives et gabegies sont dénoncées aussi régulièrement que platoniquement par la Cour des Comptes se croie en droit de s’affranchir de ses obligations juridiques et professionnelles les plus naturelles.
  • Nous n’acceptons plus que la présidente de France Télévision puisse se permettre de déclarer impunément « qu’on voit trop d’hommes blancs à la télévision » et que le président de Radio France considère que les médias d’État doivent lutter contre ce qu’il nomme le « populisme ».
  • Nous n’acceptons pas davantage que le président du CSA, chargé précisément de lutter contre ce genre de dévoiements du service public préfère, à l’instar de la ministre de la culture, tourner son regard uniquement sur les manquements constatés dans l’audiovisuel privé.
  • Contrairement à ceux qui verrouillent et qui censurent, de manière exceptionnelle, les médias publics d’information et de distraction, nous refusons toute chasse aux sorcières ou exclusion de l’expression politique et philosophique sur les médias d’État, y compris des idées que nous ne partageons pas. Nous ne réclamons que le pluralisme de la pensée.
  • À l’occasion de l’élection présidentielle, nous demandons à chaque candidat en lice de s’engager à réformer en profondeur les méthodes et les habitudes. Nous lui demandons que soit garantie désormais, avec un système de contrôle digne de ce nom, la libre expression politique et artistique plurielle par un personnel astreint à la neutralité et qui comprenne enfin le sens de ces deux mots simples : SERVICE PUBLIC.
  • Nous appelons tous les payeurs de la redevance à nous rejoindre pour faire bouger les lignes.

Mentions légales

Contact : contact@collectif-uspa.fr

Responsable de la publication : Claude Chollet

Collectif des Usagers des medias du Service Public de l’Audiovisuel

Association loi 1901, déclarée le 16 novembre 2016 à la Préfecture de Police de Paris.

Domiciliée au 48 Boulevard de la Bastille - 75012 Paris

Objet : faire respecter la neutralité et le pluralisme de l'audiovisuel de service public et plus généralement, l'honnêteté de son information.

 

Hébergeur du site :

OVH

SAS au capital de 10 069 020 €
RCS Lille Métropole 424 761 419 00045
Siège social : 2 rue Kellermann - 59100 Roubaix - France.